LES ERRANCES DE JULIUS ANTOINE


par Christian Rossi et Serge Le Tendre


La série "Les Errances de Julius Antoine" n'a certainement pas battu tous les records de vente mais elle a cependant marqué la plupart de ceux qui ont eu le plaisir de la lire.
L'univers développé par les auteurs est très particulier, toujours à la limite entre le fantastique et le réel, comme si notre réalité pouvait à tout moment basculer et devenir cauchemar. Julius Antoine, le personnage central, n'est pas facile à cerner et navigue entre ces deux pôles en fonction des troubles qu'il subit.
Dans "Léa", le premier épisode de la trilogie, Julius Antoine révèle une attirance particulière mais non perverse pour les jeunes adolescentes et cela le conduit petit à petit dans une impasse d'où il est difficile de sortir indemne.
Obligé par la force des choses de quitter la région, Julius se réfugie dans la propriété familiale, là où il est né et où vivent toujours sa mère gravement malade mais aussi sa soeur Céline et son frère Francis. La tête dans le cirage, complètement perturbé par les souvenirs de sa mère acariâtre et autoritaire qui refont surface, Julius Antoine subit encore une fois son destin. Destin qui le force à affronter une nouvelle épreuve difficile.
Dans le troisième et dernier album, Julius Antoine rejoint le continent africain, le Sénégal, à la recherche du père qu'il n' a pas connu. Sa quête le conduira dans un dispensaire au fin fond de la brousse, dans un lieu de superstition et de magie.



A propos des Auteurs
Christian Rossi

Dessinateur franšais, émule de Jean Giraud, Christian Rossi fait ses débuts dans divers magazines, poursuit sa jeune carrière en travaillant sur le personnage de Frédéric Joubert sur scénario de Philippini, puis sur la série "Le Chariot de Thespis", le tout pour les Editions Glénat. Il dessine ensuite "Les Errances de Julius Antoine" sur des textes de Serge Le Tendre, et toujours avec ce dernier réalise un petit album intitulé "Edmond et Crustave" chez Futuropolis. Il donne ensuite naissance au "Cycle des deux Horizons" sur scénario de Makyo chez l'éditeur Delcourt.
En 1990, il reprend des mains de Giraud le personnage de Jim Cutlass et collabore de nouveau avec Serge Le tendre pour l'album "La Gloire d'Héra".
Serge Le Tendre

Scénariste franšais, Serge Le Tendre apparaît au milieu des années septante au sommaire du journal Pilote où il travaille pour de nombreux dessinateurs. Avec Régis Loisel, il met au point ce qui deviendra la première mouture de "La Quête de l'Oiseau du Temps", série qui sera reprise et améliorée de fašon magistrale quelques années plus tard.
En 1982, il travaille de concert avec Makyo sur deux scénarii mettant en scène Jérôme K.J. Bloche et entreprend "Les Errances de Julius Antoine". Suivent "Les Voyages de Takuan", "Taî-Dor mais également la série "Pour l'Amour de l'Art".
Pour Dethorey, il rédige également "L'Oiseau Noir", paru chez l'éditeur Dupuis.


Références


Un des particularités des "Errances..." repose sur la volonté des auteurs d'exposer des références cinématographiques qui leur tiennent à coeur et qui les ont inspirés pour mettre au point cette série.
Dès les premières planches de "Léa", le ton est donné. Le personnage central a un physique très rapproché de celui de l'acteur Anthony Perkins. Emma, la copine de Julius, propose à ce dernier une soirée cinéma. Pour voir quel film ? Lolita, bien sùr, le film de Stanley Kubrick. Non, finalement, ils vont voir "Psychose", le film d'Hitchcock avec...avec Anthony Perkins.
Ainsi, durant tout l'album, les auteurs vont slalomer entre ces deux références, en proposant d'un coté des scènes ambiguës entre Julius Antoine et Léa et de l'autre des séquences de suspense et de terreur.
Le summum est atteint avec le deuxième album intitulé "La Maison" qui est réellement un vrai petit bijoux tant au niveau graphique qu'au niveau du scénario et surtout du découpage qui est exceptionnel.
De nouveau, on retrouve des thèmes proches de l'univers d'Hitchcock, et plus particulièrement de son film "Psychose". Celui de la maison, par exemple, bâtisse énorme et impressionnante qui fait presque frémir, mais également celui de la mère tyrannique et oppressive.
Les séquences s'enchaînent à vive allure, entrecoupées de flash-backs remarquablement bien construits mais également de scènes percutantes, dérapage de la réalité dans lesquelles Julius s'enlise peu à peu. Le superbe découpage permet une fluidité et une efficacité qui font de cet album un vrai petit régal à lire.
Le troisième et dernier album est plus conventionnel et ne contient à ma connaissance aucune référence du type que l'on rencontre dans les deux premiers récits. L'histoire étant peut-être un peu moins intense, ce qui pourrait laisser à qui ne connaît le personnage un goût de trop peu.



Les albums

  • "Léa" L'Echo des Savanes/Albin Michel 1985.
  • "La Maison" L'Echo des Savanes/Albin Michel 1987.
  • "Le Sujet" L'Echo des Savanes/Albin Michel 1989.


Des mêmes auteurs :

  • "Edmond et Crustave" Futuropolis 1987.
  • "La Gloire d'Héra" Casterman 1996.


Les cases et dessins reproduits dans ces pages sont empruntés à la série "Les Errances de Julius Antoine" éditée chez l'éditeur "L"Echo des Savanes/Albin Michel".
Ils sont utilisés sans aucun but lucratif et restent la propriété des auteurs et de l'éditeur.